Loading...

Or Vezahav

Distribution:

Cyrille Gerstenhaber, chant
Andreas Linos, viole de gambe
Rémi Cassaigne, théorbe/guitare baroque
Pierre Rigopoulos, percussions
Jean-Christophe Frisch, flûtes
 

Le Baroque Nomade Or Vezahav

Au 15e siècle, époque où les rois catholiques expulsent les Juifs d’Espagne, ladino signifie… rusé ! Car seuls les plus malins («comme le diable...») parlent cette langue !

Elle se perpétue jusqu’à nos jours dans les communautés juives, qui se sont constituées après ce désastre, à Istanbul, Thessalonique et dans celles de Tanger ou Tétouan au Maroc. Le ladino, ou judéo-espagnol, a traversé la Méditerranée et transporté avec lui des mélodies merveilleuses qui chantent l’amour brûlant, l’exil, ou racontent l’histoire du peuple juif.

Parallèlement, d’autres communautés ont employé l’hébreu pour leur musique festive. Ainsi les cantates de Casale Monferrato sont une curieuse adaptation du style baroque italien à la langue de Moïse.

Enfin le personnage fascinant de Benedetto Marcello nous apprend beaucoup sur la musique synagogale à Venise, puisqu’il s’en est inspiré pour composer des psaumes qu’il voulait universels, allant jusqu’à expliquer que, pour lui, catholique croyant, la musique des Juifs est celle qui parle le plus directement à Dieu. Le programme parcourt donc les mélodies juives méditerranéennes, avec leurs rythmes profonds, leurs mélismes poignants, et leur émouvante poésie mélangeant comme toujours dans cette culture de l’auto-dérision, le rire et les larmes.